Récapitulatif 2015

Voici le récapitulatif annuel pour les événements de course présentés en 2015.

D’abord, voir la page méthodologie pour en savoir plus sur la façon dont les stats sont compilées.

Aussi: Liste de stats disponibles.

Statistiques des événements de course 2015 – Les grandes lignes

  • Toujours plus d’événements, bien que pas autant qu’en 2014 (2015:+162, 2014:+242).
  • Un nombre record d’événements annulés ou qui ne reviennent pas.
  • La saturation du ‘marché’ de la course sur route se confirme. Recul de participation pour 128 événements chronométrés.
  • Augmentation beaucoup plus faible du nombre total de finissants: (+14 500 / +6%)
  • Les courses de 5k ont eu la faveur des coureurs: (+11 100 finissants / +13.6%).
  • Stagnation ou très légère baisse du total des finissants pour les 21k (-343 / -1%) et les 10k (-400 / -1%)
  • Baisse plutôt marquée et généralisée du côté des marathoniens (-790 / -13.9%). La baisse au marathon se remarque aussi ailleurs au Canada.
  • L’offre supplémentaire au 15k attire de nouveaux adeptes (+1183 / +45%). Idem pour le 30k.
  • Hausse qui se poursuit chez les jeunes (1k: +3000, 2k: +2000, 3k: +500).
  • Croissance durable pour les courses de trail. Peu de nouvelles courses, mais 2000 finissants de plus.
  • Les courses à obstacles toujours sur leur lancée.
  • Contrairement aux années précédentes, peu d’événements volent la vedette.
  • La proportion de femmes continue de progresser, mais avec quelques bémols.

Participation – Course sur route

En 2014, on voyait poindre un début de saturation: plus de coureurs, mais moins par courses. On s’attendait à une même tendance en 2015. Plusieurs organisateurs durant l’année ont constaté obtenir un plus petit nombre d’inscrits, conséquence attendue du toujours plus grand nombre d’événements. Mais voilà, on s’attendait à une bonne augmentation des coureurs au total, mais ce n’est pas tout à fait le cas.

En 2015, le nombre total de finissants a peu progressé, du moins comparé aux années passées. Et les nouveaux coureurs se retrouvent presque tous sur une même distance. Certaines distances ont même vu une décroissance.

En détail:

  • Globalement: Alors que lors des dernières années, la progression du nombre de coureurs était évidente à tous les niveaux, cette année il a même fallu attendre les toutes dernières grosses courses de la saison pour savoir si on aurait une augmentation ou non, pour les distances de 10k et 21k. Au total, l’augmentation de 6% du nombre de coureurs sur route est faible si on la compare aux années passées (+20% en 2014, +46% en 2013, +40% en 2012)

  • 42k: Les principaux marathons au Québec ont enregistré une baisse. Aussi bien à Montréal, qu’à Québec, Rimouski, ou Magog. Au total on dénombre 13.8% de finissants en moins pour cette distance. Une baisse similaire semble s’observer ailleurs au pays (Ottawa, Toronto, Vancouver, Victoria). Pourquoi un pattern si similaire et surtout, si synchronisé? (Aux USA, les gros marathons semblent quand à eux plutôt voir une stabilisation du nombre de participants).

  • 21k: Le demi-marathon est fort populaire, et cela a incité beaucoup d’organisateurs à en offrir. Plus de la moitié des 93 demi-marathons au Québec ont 3 ans et moins (+15 en 2014, +10 en 2015). Normalement cette augmentation de l’offre aurait dû attirer plus de coureurs, mais ce ne fut pas le cas. En 2015, le nombre de finissants aux demis a même légèrement baissé.

  • 30k: De 2009 à 2013, un seul 30k était offert au Québec. Le 30k était souvent présenté comme une belle distance à faire en préparation pour un marathon. Soudain, on passe à 5 courses, alors c’est bien sûr que cette distance se révèle plus populaire. On parle tout de même seulement de quelques centaines de coureurs au total, majoritairement des hommes (60%).

  • 20k: Comme il y a peu de courses, on peu difficilement parler de tendance, mais elle est légèrement à la baisse.

  • 15k: Ces deux dernières année on a vu beaucoup plus de courses de 15km (2015: 32 courses, 2013: 15 courses). Pour cette distance, l’offre supplémentaire semble avoir définitivement encouragé de nouveaux adeptes, puisque l’augmentation relative du nombre de finissants est substantielle (+45%, et à 47% des femmes).

  • 10k: Surprise. Cette distance pourtant populaire n’a pas vu de croissance du nombre de finissants cette année.

  • 5k: Le 5k a définitivement été la course de choix pour plusieurs en 2015. La participation au 21k Scotia de Montréal illustre à la perfection cette tendance pour 2015: cet événement a constaté 400 finissants de moins au 21k, et 400 de plus au 5k!

  • 1k,2k,3k: Depuis 2012, la participation aux courses de courte distance (principalement pour les jeunes enfants et les ados) a doublé. La tendance s’est maintenue en 2015.

Voir les tableaux, pour le détail :

Évolution de la participation par événement: Mesure de la saturation

Dans le contexte décrit ci-dessus, pas étonnant alors que plusieurs courses perdent des participants. L’an passé nous avions tenté de mesurer cet effet en comptant le nombre d’événements en croissance, et le nombre d’événements en décroissance. Voici la mise à jour, c’est clair, la baisse de participation a touché plus de courses.

En 2012: 107 événements en progression, 9 stables et 12 en recul.
En 2013: 138 événements en progression, 17 stables et 26 en recul.
En 2014: 126 événements en progression, 40 stables et 84 en recul.
En 2015: 119 événements en progression, 49 stables et 128 en recul.

Événements en vedette

Par les années passées, on pouvait identifier certains événements qui prenaient le haut des palmarès dès leur première édition. Pas de tel cas cette année. Cependant on peut remarquer quelques cas notables, dans l’environnement 2015:

  • Les événements qui ont réussi à accroître leur participation de façon notable: Course nocturne (+90%), Course des petits trotteurs (+96%), Une fille qui court (+87%), Demi-marathon des Couleurs (+64%), et plusieurs des courses Gourmandes.
  • Les nouveautés qui ont bien fait: Demi-Marathon du Bois de Belle-Rivière (25e), Demi-marathon de Laval (27e), Le Tour de l’Horloge Cours Toujours MAtv (56e), Jog ma Ville (60e)
  • Quelques événements ont par contre connu une baisse marquée: Marathon SSQ de Québec (-20%), Classique du Parc Lafontaine (-21%), Demi de Mont-Tremblant (-18%). Cependant plusieurs autres ont aussi perdu des coureurs.

Participation – Course sur route – Analyse

Bien malin celui qui peut mettre le doigt sur la raison fondamentale qui fait qu’on assiste à une telle baisse cette année, au niveau du marathon. Le marathon de Québec a bien essayé d’attribuer au spectacle d’AC/DC la baisse du nombre participants à son événement, mais on voit que le phénomène ne se limite pas à quelques événements. Et on peut dire que le progression sur les distances du demi-marathon et du 10k a été nulle. Il reste donc les courses de 5k, de 30k, les trails, et probablement les courses à obstacles qui ont connu de la croissance.

Au niveau du marathon, sera intéressant de voir la suite des choses, surtout qu’au moins deux gros nouveaux marathons sont annoncés pour 2016 au Québec. Cela va-t-il attirer de nouveaux adeptes, ou diluer encore plus les participants?

Voici donc quelques pistes de réflexion:

  • Saturation / cannibalisation: bien sûr, ce phénomène se poursuit, il y a simplement pas assez de nouveaux coureurs pour que les inscriptions progressent.
  • On s’est calmé le pompon? Peut-être que plusieurs coureurs qui ont participé avec enthousiasme à un grand nombre de courses ces deux ou trois dernières années ont adopté un agenda moins chargé en 2015. On a vu des coureurs prendre part à 10, voir 20 courses ou plus en 2014.
  • Manque de fidélité? Certains vont voir ailleurs: courses de trail, courses à obstacles. L’offre, de ce côté en particulier, est énorme, et peut avoir retranché de l’agenda des coureurs une ou deux courses ‘régulières’.
  • Budget. Ça finit par coûter cher, s’inscrire aux courses organisées, et les prix ne sont pas à la baisse. Les coureurs font peut-être un peu plus attention à leur budget course. En plus, le tiroir est plein de t-shirts techniques et de médailles!
  • Courses non-chronométrées.

    Il y de plus en plus de courses organisées qui n’offrent pas de chronométrage officiel (courses couleurs, courses pour levées de fonds, courses relais, courses lumière, course chocolat, fun run, petites courses locales, etc..). Un certain nombre de nos coureurs disparaissent peut-être ainsi du ‘radar’ des stats, puisque l’on ne peut pas vraiment les comptabiliser dans ces événements.

    De la même façon, le nombre de groupes de motivation pour coureurs (boutiques, facebook) a explosé, et ceux-ci organisent tout plein de courses amicales, augmentant ainsi les possibilités pour les coureurs de vivre leur passion en groupe, sans nécessairement payer pour s’inscrire à une course pour se motiver.

  • Préparation. L’hiver a été dur, et plusieurs n’ont pas pu suffisamment s’entraîner durant la saison morte pour justifier de s’inscrire aux courses du printemps. Cela a-t-il été suffisant pour convaincre les coureurs de s’inscrire au 5k plutôt qu’à des distances plus longues?
  • On court local. Il n’y a pas si longtemps, fallait faire plusieurs km pour participer à une course. Maintenant, toutes les régions offrent de belles courses, cela affecte la participation des courses plus régionales. Voilà d’ailleurs pourquoi cette année nous avons ajouté une série de tableau pour voir l’évolution région par région.
  • Calendrier concentré sur quelques week-ends: En regardant le tableau de la participation par week-end, on voit que le gros de la participation continue d’être pas mal concentrée sur quelques fin des semaines. Il y a bien quelques efforts pour offrir des courses plus tard l’automne et avant le mois d’avril, mais la congestion des événements va continuer à demeurer un facteur important qui va mettre les événements les uns contre les autres. Il y bien aussi eu quelques efforts pour proposer des courses sur semaine. Ce type de séries de course marche fort en Mauricie, et s’est implanté dans les Laurentides cette année, mais les deux séries présentées à Bromont et Magog en 2014 sont disparues, la participation étant trop confidentielle.

Participation – les autres sports

L’évolution des choses pour les autres sports semble suivre en 2015 une progression plus prévisible, si on compare à la course sur route.

En détail:

  • Trail.. [voir tableau] Augmentation du total des finissants en trail de 13.8% (environ +2000 coureurs à 17 700 finissants). Certains événements perdent des coureurs, d’autres en gagnent, l’offre semble augmenter à un rythme plus soutenable. Le nombre de nouveaux événements en trail est resté à peu près stable cette année, cela doit aider à rendre la progression plus solide. En plus, bon nombre de coureurs qui essaient la course hors-bitume pour la première fois sont enchantés de leur expérience, et promettent de récidiver.
  • Obstacles.. [voir tableau] Assurément un phénomène qui continue d’attirer une clientèle légèrement différente (+jeunes, adeptes du cross-fit), qui semble apprécier ce qu’on leur offre. Le nombre total de participants comptabilisé pour 2015 n’a pas progressé (environ 65 000 finissants, soit 5000 de moins qu’en 2014), mais ça tient surtout au fait qu’un bon nombre des courses à obstacles ne sont pas chronométrées (dont un certain nombre qui étaient chronométrée en 2014, mais pas cette année).
  • Cross-country.. [voir tableau] Les événements qui proposent des courses de cross-country accessibles au grand public semblent voir une légère baisse de participation depuis 2 ans. On a pourtant l’impression que du côté scolaire, les épreuves sont bien populaires (on a pas de stats à ce niveau par contre). Il faut prendre les stats ici avec précaution, un certain nombre de courses de 2015 n’ont pu nous fournir de résultats, elles seront mises à jour dès que possible.
  • Raquettes.. [voir tableau] Les courses de raquettes demeurent relativement confidentielles. Le nombre de finissants à peu près stable (750 finissants). L’offre de courses est limitée, et surtout la météo n’aide pas, les courses doivent souvent être annulées. C’est dommage, car il s’agit d’un sport très complémentaire pour l’hiver, avec peu de risques de blessures. L’accès à des raquettes de course demeure l’un des inconvénients principaux.

Palmarès selon les sports

Les grandes lignes 2015 – Nouvelles courses

En bref:

  • Encore un grand nombre de nouvelles courses à pied cette année, mais au moins on a pas battu le record de l’an dernier (+109 courses sur route en 2015 contre +144 l’an dernier)
  • Au chapitre du nombre total d’événements (incluant les trails, courses à obstacles et autres), même chose (+162 vs +242)
  • Par contre on a battu un record de nouvelles courses qui ont annulé avant même que l’édition ait eu lieu (environ 40 courses annulées cette année, la plupart nouvelles)
  • Record aussi au niveau du nombre d’événements qui quittent la scène (tout type confondu, 111 dernières éditions ont eu lieu en 2014, contre 39 en 2013). La vaste majorité sont des événements qui n’avaient eu lieu qu’une ou deux fois. On voit donc qu’il y a beaucoup d’essais-erreurs au niveau des nouveautés. Pour l’instant peu de ‘vieux’ événements sont poussés vers la sortie, mais ça changera possiblement, si ce rythme effréné se poursuit.

Parmi les tendances cette année, on constate qu’il y a souvent des attentes très (trop) élevées de la part des organisateurs de nouvelles courses. Aussi un manque de préparation préliminaire qui fait que des courses sont annoncées et des inscriptions amassées avant même qu’on sache si la course pourra être tenue, etc… Évidemment, les courses dites ‘de club de course’, organisées par des bénévoles, se perdent de plus en plus dans la masse de courses organisées par des compagnies qui en font une occupation à temps plein, les courses événements, les courses de fondation, etc… Celles qui ont tenu le fort durant la période creuse des années 90, en espérant qu’elles tiennent le coup dans ce nouvel environnement où chaque course doit se démarquer pour attirer son public.

Les grandes lignes 2015 – Participation féminine

Pas trop de surprises à ce niveau, la tendance générale se maintient: les coureuses femmes forment une proportion croissante des finissants aux courses. Cependant, en 2015, cette progression s’est surtout faite au niveau du 5k et du 10k.

3 commentaires au sujet “Récapitulatif 2015

  1. Michel Brochu dit:

    Merci beaucoup à votre équipe pour ce travail gigantesque et vos analyses pleines de réalisme et d’humour!
    C’est un travail colossal et je peux en témoigner, ayant à tenir à jour des statistiques pour les 13 courses du Circuit Endurance.
    Ma première visite m’incitera à retourner sur cet outil car il y a tellement de liens intéressants que je ne peux ouvrir dans la même lecture.
    Longue vie à vous!
    Si on peut aider de quelque façon, n’hésitez pas à me contacter.
    Michel Brochu
    Circuit Endurance

  2. Jean-PIerre »Champagne dit:

    Bonjour, je suis l’animateur du Circuit Endurance et également de plusieurs autre évènements dont le Marathon de Mtl, le 21K Banque Scotia et plusieurs triathlon et duathlon partout au Québec.
    Je suis au première loge pour apprécier le même constat que votre analyse démontre. Bravo c’est de l’excellent travail et très minutieux.
    Je crois que les organisations sérieuses demeureront et que plusieurs autres seront appelé à disparaître.

    Bravo encore.
    Jean-Pierre Champagne

    • Merci M. Champagne (ici Réjean Gagné de la Grande Virée des Sentiers. En effet, je suis d’accord avec vous, et j’ai eu l’occasion d’en discuter pas mal avec un certain nombre d’organisateurs qui se demandent un peu comment réagir. Notamment au fait que les inscriptions ne sont jamais démarrées si tôt, et les quotas remplis si tard.. On verra bien!

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces marqueurs HTML et les attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>